mercredi 9 janvier 2013

Mami Wata et Kouamé le pecheur ( partie 2)




Malheureusement, Kouamé est malade depuis unesemaine, et Mamy Wata souffre de ne pas entendre les chants mélodieux dont Kouamé habille la mer.

Mamy Wata, essaie d’entrer dans les rêves de Kouamé, mais elle n’y parvient pas, son inquiétude grandie de même que sa détermination à savoir.

Elle doit connaitre les raisons de son absence, les raisons pour lesquels il ne chante plus pour elle, c’est décider elle ira au village de Kouamé.

Bien que mi-poisson, Mamy Wata est aussi une femme, et surtout une grande magicienne, aller sur la terre ferme ne lui cause aucune difficulté. La nuit tombée, après quelques formules magiques, la voila sur deux jambes, ses nageoires ayant disparues, en route pour le village de Kouamé.

Elle attend que le village s’endorme, pour se diriger vers la case de Kouamé que son intuition de Déesse à vite fait de repérer.

Elle pénètre dans sa case, elle le trouve sur son lit, fiévreux, grelottant, laissant échapper des gémissements de douleur. Autour de lui, une magie sombre et maléfique empêche tout contact avec les êtres spirituels, et le conduit lentement vers le séjour des morts.

Kouamé est fort, mais il n’est qu’un homme, et il ne peut lutter contre une magie aussi obscure, heureusement qu’elle est venue ce soir, les portes de la mort s’ouvrait pour engloutir définitivement Kouamé.

Mamy Wata, est en plus une guérisseuse, un pourvoir qu’elle fait don à certain de ses adorateurs. Malgré la puissance du maléfice lancé à Kouamé, elle n’a aucune difficulté à lui concocter un remède.

Avant que le jour se lève, elle quitte la case de Kouamé, s’éloigne du village des hommes pour rejoindre la mer son royaume, avec l’espoir que bientôt, les chants de Kouamé viendront faire danser à nouveau les eaux dela mer et la mère des eaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire